Derniers articles
Nous suivre:
22/4/2019
HomeStartupsDossier Bastia Ville Digitale 2017 : Volpy, le service qui ouvre le monde du smartphone à l’économie circulaire

Dossier Bastia Ville Digitale 2017 : Volpy, le service qui ouvre le monde du smartphone à l’économie circulaire

La 3e journée de Bastia Ville Digitale 2017 a débuté ce mercredi 18 octobre par une double intervention de Marc Simeoni et Paul Miniconi, de  Volpy.  Les deux fondateurs de cette startup corse spécialisée dans le rachat et la revente, et le recyclage de smartphones ont présenté en détail leur entreprise et leurs parcours respectifs.

Qu’est-ce que Volpy ? Un service sous forme d’application mobile permettant à un utilisateur d’évaluer rapidement et simplement la valeur de rachat de son smartphone, et de le vendre immédiatement (voir la vidéo en fin d’article). Concrètement, après avoir identifié la marque et le modèle du mobile, l’application effectue une série de tests et propose un prix de rachat. S’il choisit de valider cette estimation, l’utilisateur peut ensuite remettre son smartphone à un coursier ou l’expédier par enveloppe prépayée (fournie par Volpy). La vitesse de paiement dépend enfin du mode choisi : en quelques heures via Paypal, sous 48h par virement, ou sous 2 à 3 jours après la réception du smartphone en cas de règlement par chèque.

Le marché du smartphone d’occasion croit de 50 % par an.

Selon les deux fondateurs, le marché est énorme: 22 millions de smartphones ont été vendus en France en 2016, mais seuls 15 % des smartphones remplacés sont revenus sur le marché de l’occasion, et à peine 3 % via Internet. Toutefois, bien que relativement modeste, le marché de l’occasion progresse très fortement… d’environ 50 % par an. Avec ces chiffres en tête, on comprend mieux les ambitions élevées de Marc Simeoni et Jean Miniconi : devenir le 1er service au monde en matière de collecte de smartphones d’occasion. D’autant que le modèle économique impose de l’achat/revente implique une marge faible, et donc l’obligation de jouer sur le volume. Mais ce modèle évolue. Jusqu’alors, Volpy rachetait en effet les smartphones des utilisateurs, pour les revendre ensuite par lots à un intermédiaire. Désormais, la startup ne s’interdit plus de reconditionner et de revendre elle-même, à l’unité, les smartphones haut de gamme. Volpy a enfin mis en place une nouvelle fonctionnalité permettant aux utilisateurs qui acceptent l’estimation de l’application d’accéder directement à une offre de téléphones reconditionnés, et de ne payer que la différence entre le prix de vente et l’offre de reprise de leur téléphone. Une application concrète des concepts de l’économie circulaire, enjeu majeur du développement économique de la Corse.

 

 

Un an après le lancement de l’application, le bilan affiché par Volpy est impressionnant :

  • 3 levées de fonds successives
  • 300 000 téléchargements de l’application, et plusieurs records de téléchargement sur la plateforme d’Apple.
  • 14 salariés
  • près d’un million d’euros de chiffre d’affaires en 2017

Paul Miniconi : « En matière environnementale, on culpabilise trop souvent le consommateur, alors que l’industriel est le premier responsable des matières premières utilisées dans le produit ».

Mais au-delà des chiffres, Marc Simeoni et Paul Miniconi revendiquent une véritable dimension éthique à leur aventure entrepreneuriale. Le choix de rester en Corse tout d’abord, et de développer Volpy localement, à Bastia. Une réelle volonté de garder le client au centre des préoccupations ensuite, tant en termes de prix que de qualité de service. Un aspect environnemental particulièrement marqué enfin, par la nature même du concept : remettre sur le marché des téléphones coûteux en matières premières et finissant trop souvent au fond d’un tiroir. D’ailleurs, pour Paul Miniconi un rééquilibrage est nécessaire : « en matière environnementale, on culpabilise trop souvent le consommateur, alors que l’industriel est le premier responsable des matières premières utilisées dans le produit ». Cerise sur le gâteau, pour chaque téléphone collecté via son application, Volpy reverse 2 € à PUR Projet, une entreprise sociale qui accompagne les entreprises dans l’intégration de la problématique du climat au cœur de leur chaîne de valeur.

Marc Simeoni et Paul Miniconi ont ensuite décrit leurs parcours respectifs à l’auditoire de Bastia Ville Digitale 2017. Ils ont ainsi pu décrire les conditions qui leur ont permis de constituer une équipe solide, et de surmonter les difficultés rencontrées, comme le revirement de dernière minute d’un partenaire potentiel. Pour Marc Simeoni, l’équation est simple : « Avant d’entreprendre, on pense souvent qu’une idée peut vous faire devenir riche. Mais ensuite, on comprend que l’idée ne vaut rien, et que seule compte l’exécution ». Pour cela il faut évidemment une équipe de départ soudée. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’on a senti chez les deux fondateurs une véritable vision commune de l’entreprise : la volonté solide de concrétiser un projet d’entreprise ambitieux, mais aussi celle de bâtir une véritable aventure humaine.


Pour aller plus loin

 

No comments

leave a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.